Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
ALGERIE 2014

Le Billet d'Humeur d'Ibn Ziri

Reflexion autour de la différence entre la jacquerie et la révolution

Quelle différence peut-il y avoir entre deux phénomènes de révolte sociale; celui qui débouche sur une révoltution et celui qui débouche sur des jacqueries ?

link

intéréssont-nous est de voir la différence entre l'exemple Tunisien et l'exemple Algérien.

 

réponse simple: l'historique de l'Etat et de la société, la différence réside entre les pays qui ont gardé à travers l'histoire et ses vicissitudes une forme étatique et  une organisation sociale, ceux d'un autre côté qui n'ont pas eu cette chance.

 

la Tunisie a connu dans son histoire une continuité dans la forme d'organisation politique, de son maillage social et de ses structures sociologique, malgré le protectorat français qui dura 80 ans. car un protectorat se suffit d'un contôle vertical du pays mis sous tutelle, sans s'immiscer dans la gestion des relations sociales et politiques, il n'est pas l'interlocuteur des simples gens, la société n'est nullement menacé dans ses valeurs et son fonctionnement, sa tradition est ainsi sauvegardé.

 

L'Algérie elle, connu une autre histoire, avec une colonisation de peuplement, la volonté ici était de substitué une société à une autre, de nouvelles valeurs, de nouvelles règles, une nouvelle "âme" en fait. ça a marché en partie, car l'Etat Algérien d'avant 1830 a totalement disparu aidé en cela par son mode d'organisation de l'époque qui ressemblait à du fédéralisme, la société fût destructuré et restructuré de fond en comble, un exemple parmi d'autre l'etablissement du fichier d'Etat civil avec l'imposition des noms de famille qui fit exploser la structuré de base. en résumé l'Algérie passa d'u mode d'organisation basé sur le compromis à un systéme basé sur la violence (France du 18 ème), et cela perdure.

 

il ne s'agit pas ici de désigner des coupables ou d'incriminer des responsables, non. il s'agit juste d'expliquer à ceux qui ne connaissent pas ses réalités, qu'une révolution ne peut se réaliser que dans une société qui a une super-structure en adéquation avec sa réalité historique et sociale. (Tunisie, Maroc, Egypte, Syrie,..), dans les autres pays ce ne sera que des phénomènes de révolte et de jacquerie (Algérie, Jordanie, Yemen, Lybie,...).

 

la question sous-jacente est celle du changement, quels sont les courants et les personnalités qui offrent une réponse acceptée par la majorité et qui sont en capacité de ramené le fleuve dans son lit. car de il en va de la révolution comme d'une grève, il faut savoir la finir.

 

voir le lien très instructif sur les récents évènements en Algérie