Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALGERIE 2014

Le Billet d'Humeur d'Ibn Ziri

DAWLA LA TAZOULOU BI ZAWALI EL RIJAL

Publié le 15 Mars 2011 par Arabies.over-blog.com in politique, Algérie, Islam, maghreb, investissement, arabe, changement, elections, partis

APPEL POUR UNE REFONDATION ALGERIENNE

 

Dans les événements tumultueux que connait le monde arabe actuellement, l’Algérie résiste tant bien que mal dans une situation de ni-révolte ni-paix sociale.

 

Les raisons de ce statut quo sont différemment expliquées par les observateurs et les commentateurs ; si pour certain cela tient à la nature militaire et répressive du régime, d’autres arguent de la frilosité des algériens après la décennie du terrorisme, d’autres encore suggèrent que la culture politique est insuffisante au sein de la société…etc.

 

La réalité du terrain semble néanmoins contredire les différentes argumentations et explications avancées. Loin de nous, l’idée de dire que notre réflexion est la plus juste, néanmoins nous estimons qu’elle peut avoir une pertinence et à tout le moins comporter quelques éléments de réponses.

 

L’Algérie a vécu deux décennies très mouvementées, passant d’un système centralisé qui a fini dans le sang à un système libéral manquant cruellement de garde fou et de réglementation.

 

En somme les algériens ont testés les extrêmes des deux arcs du système économique existant. Aujourd’hui, ils sont fatigués et en même temps sur leurs gardes, car quelque soit le changement qui se propose à eux, il manque toujours la garantie qui fera que ce qu’ils trouveront sera meilleur que ce qu’ils ont actuellement.

 

La pierre angulaire de tout nouveau système autour duquel pourrait s’agréger la société est la « justice ». Une institution forte et indépendante qui pourrait garantir à chaque Algérien de faire respecter ses droits et de le protéger des puissants et des criminels.

 

C’est à cette seule condition que la société algérienne pourrait s’engager sur la voie d’un changement. Mais pour que cette condition se réalise il sera nécessaire d’effectuer une remise à plat des institutions et des pouvoirs en exercice. Établir un « contrat  social » en somme.

 

 Le moyen le plus sûr d’y arriver, est de convoquer une assemblée constituante.

 

L’ensemble des acteurs politiques, sociaux, économiques et culturels (représentatifs) doivent être convoqués à l’initiative du président de la république pour travailler sur une constitution nouvelle. Une constitution qui jettera les bases de la nation de demain, avec une attention particulière, à garantir la séparation des pouvoirs et notamment le pouvoir judiciaire.

 

Cette assemblée constituante doit être précédée par la dissolution de l’assemblée et suivie par l’organisation d’élections législatives puis d’une élection présidentielle anticipée.

 

Ainsi le président Bouteflika aura marqué définitivement de sa patte l’histoire et aura réalisé la transformation de l’Algérie, en un état de droit et de liberté. Il aura ainsi achevé son œuvre et fait que la confiance et le respect que lui témoigne une majorité d’Algériens trouve son aboutissement.

 

L’observateur de la scène algérienne remarque aisément que le président dispose d’une côte de popularité et de respect certain et que si le calme règne dans les rues des villes algériennes, c’est grandement en raison de cette confiance qu’ont les algériens en la personne de leur président.

 

M. Bouteflika a la chance unique d’entrer dans l’histoire comme « père fondateur » de la République Algérienne à l’image des Washington et Jefferson de l’histoire américaine.

 

Saura-t-il profiter de cette opportunité, c'est tout le mal qu'on lui souhaite.

 

La différence entre un jardin et un désert, ce n'est pas l'eau, c'est l'homme.

http://www.citations.ca/index.cfm?fuseaction=citations.searchResults&paysValue=3

Commenter cet article